Le guide de votre bien-être à domicile

Acupuncture

Actualités

L’acupuncture et la bronchite chronique

Inséparable du tabagisme, la bronchite chronique est une maladie grave qui touche environs trois millions de français.

Pour y remédier, les spécialistes et les pneumologues ne cessent de chercher de nouvelles méthodes de traitement de ce fléau. C’est le cas du Professeur Masao Suzuki et ses collègues des universités de médecine du Japon qui ont réalisé des études sur les effets de l’acupuncture sur les malades atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive de stade 2, 3 ou 4.

D’après la médecine chinoise, l’acupuncture a comme principe la libération des blocages de l’énergie vitale ou « qi » qui circule dans le corps. Cette dernière a ses propres trajets ou méridiens dont une partie traverse les organes comme les poumons. Toujours d’après les fondements de l’acupuncture, le déséquilibre (sec ou humide, froid ou chaud, vide ou excès…) est la principale cause des maladies.

Il est quand même déplorable que les connaissances occidentales n’évoquent pas la bronchite chronique parmi les entités pathologiques du livre de référence La Pratique de la médecine chinoise, de Giovanni Maciocia (éditions Elsevier Masson), paru en 2011.

Les résultats des études ont permis de démontrer que l’acupuncture a un effet sur les malades qui ont réussi à retrouver leurs souffles lors des exercices de marche.

De plus, les effets bénéfiques des séances d’acupuncture sont tout de suite ressentis perçus par les malades traités «Leur qualité de vie s'améliorait très significativement, de même que leur état nutritionnel, l'amplitude des mouvements thoraciques entre expiration et inspiration, la force de leurs muscles respiratoires et, à un moindre degré, certains indices de fonction respiratoire», détaille le professeur Nicolas Roche, pneumologue à l'Hôtel-Dieu, à Paris, lors de la lecture de l'étude éditée le 11 juin dans la revue Archives of Internal Medicine.

Notons seulement que l’arrêt du tabac reste le meilleur traitement contre la progression insidieuse de l’essoufflement.